Brésil

Un des marchés les plus attirants au monde

Le Brésil constitue la huitième puissance économique mondiale et le pays domine l'Amérique latine par son économie dynamique et diversifiée, son étendue géographique et sa population importante. En raison de son vaste territoire et de la concentration de la population dans les villes, la demande pour tout ce qui touche au transport est très forte dans ce pays. L’industrie aérospatiale y est d’ailleurs grandement développée et le pays possède des flottes d’avions et d’hélicoptères bien garnies.

Le Brésil se classe parmi les premiers producteurs mondiaux de denrées comme le sucre, le café, le jus d’orange, le soja, le bœuf et le poulet. Hormis l’aérospatiale et l’agriculture, d’autres marchés particulièrement porteurs au Brésil comprennent ceux de l'énergie, des cosmétiques, de l'environnement, de l’acier, de l'optique photonique, de la sécurité, des pâtes et papiers. Comme près de la moitié de la population du Brésil a moins de 20 ans, le secteur des technologies de l'information et des communications (TIC) apparait porteur lui aussi.

Du Québec vers le Brésil

Actuellement, les principales exportations du Québec vers le Brésil sont centrées sur les domaines des TIC, du transport, de l’acier et des pâtes et papiers, alors que des compagnies québécoises fournissent papier journal, turboréacteurs, appareils électriques pour la téléphonie, machines de traitement de l'information, outillage et autres logiciels ou composantes desservant leurs industries. Par ailleurs, d’autres secteurs prometteurs ont été ciblés par le programme brésilien de relance économique : 1) transport et logistique (chemins de fer, routes, ports, aéroports, voie maritime); 2) énergie (production et réseau de distribution d’électricité, pétrole et gaz, énergies renouvelables); 3) infrastructures (assainissement, logement, transport urbain, accès à l’électricité et à l’eau potable).

En général, la société brésilienne est très structurée et règlementée. L’analyse Geert Hofstede des relations d’affaires basées sur les différences culturelles souligne d’ailleurs pour ce pays une éthique des affaires rigoureuse, un sens des traditions et une aversion marquée pour le risque. Certains marchés sont protégés, c’est-à-dire qu’ils ont de nombreuses barrières tarifaires et non tarifaires, ce qui peut parfois compliquer les ententes commerciales sans toutefois les freiner pour autant.

Sources : Stephen S. Poloz. 2007. «Exports to South America Booming», Export Development Canada; Fiches par pays, ministère du Développement économique, Innovation et Exportation; ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada, «Négociations et accords», rubriques : Colombie – Chili.